Cycle cinéma « Anti-héros », mai 2017

Seansų pradžia 18 val. ĮĖJIMAS NEMOKAMAS.

Lâches, faibles, voyous, malsains… Ils sont les personnages principaux de ces films mais représentent tout l’inverse de l’archétype du héros tel qu’on l’imagine. On les déteste, ils nous font de la peine, mais plus que tout on s’identifie à eux. Reflets effrayants de l’être humain dans toute sa complexité, ces personnages nous révèlent ce que nous essayons tous de dissimuler : nos défauts.

Ce mois-ci, l’Institut Français vous propose un cinéma sans filtre.

2 mai : Buffet Froid de Bertrand Blier, avec Gérard Depardieu, Bernard Blier et Jean Carmet, 1979, 95 min

Pas de sous-titres

Alphonse, chômeur, rencontre un inconnu dans le métro, qu’il retrouve plus tard assassiné avec son propre couteau. De retour dans sa tour aussi immense que vide, il fait successivement la rencontre de l’assassin de sa femme et d’un commissaire de police. Absurde dans le récit, Buffet Froid raconte la lâcheté de l’être humain, sa peur de la mort, sa peur tout simplement. 

9 mai : Coup de chaud de Raphaël Jacoulot, avec Karim Leklou et Jean-Pierre Daroussin, 2015, 102 min

Sous-titres anglais

En plein été, la tranquillité d’un village d’apparence paisible est perturbée par la sécheresse. Josef Bousou, jeune semeur de troubles, est désigné par une grande partie des villageois comme le principal responsable de tous les maux du village. Dans ce climat de délation, l’esprit du spectateur est mis à rude épreuve : prendre du recul sur les faits ou emprunter le chemin facile et pervers du bouc émissaire…

16 mai : Tatie Danielle d’Etienne Chatiliez avec Tsilla Chelton et Isabelle Nanty, 1990, 110 min

Sous-titres français

Tatie Danielle fera office de note légère dans ce cycle. Etienne Chatiliez, monument de la comédie française, nous propose entre La vie est un long fleuve tranquille et Tanguy une satire sur cette vieille femme, dont le principal plaisir est le malheur des autres. Rempli de scènes aussi cultes que drôles, Tatie Danielle nous propose aussi un regard sur la vieillesse et la solitude que peuvent vivre certains de nos ainés.

23 mai : La cérémonie de Claude Chabrol, avec Isabelle Huppert et Sandrine Bonnaire, 1995, 111 min

Pas de sous-titres

Sophie est une bonne engagée dans une famille bourgeoise. Timide mais dévouée, Sophie est analphabète. Sophie rencontre et se lie d’amitié avec Jeanne, postière du village. Jeanne déteste la famille qui emploie Sophie. Un drame puissant où les personnages jonglent entre jalousie, honte et haine, porté par un Chabrol au sommet de son art et une Isabelle Huppert récompensée pour son interprétation aux Césars.

30 mai : Les Conquérants de Xabi Molia, avec Deny Podalydès et Mathieu Demy, 2013, 96 min

Sous-titres anglais

Le terme anti-héros aurait pu être inventé pour Galaad et Noé, les deux personnages principaux de ce film. Ce sont des perdants, des collectionneurs d’échecs, malchanceux ou pas doués. Pourtant, pour clore ce cycle, Les conquérants se charge de nous apporter sans doute une des leçons les plus importantes à nous, anti-héros de notre propre film : l’audace est notre salut.